Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
dranreb0434.overblog.com photos de montagne - PERSONNELLES et FFRANDONNEE 04 - photos de faune et de flore - photos Compostelle

GANAGOBIE le prieuré - BIJOU ROMAN - et le patrimoine de son plateau

Ber Dranreb
pour afficher plein écran cliquez sur les photos - Fond photographique BJ(c)-01-2017

pour afficher plein écran cliquez sur les photos - Fond photographique BJ(c)-01-2017

GANAGOBIE le prieuré - BIJOU ROMAN - et le patrimoine de son plateau GANAGOBIE le prieuré - BIJOU ROMAN - et le patrimoine de son plateau GANAGOBIE le prieuré - BIJOU ROMAN - et le patrimoine de son plateau

GANAGOBIE le prieuré - BIJOU ROMAN -

LES MOSAIQUES ROMANES  - Uniques en France  -  (Alpes de Haute Provence )

___________________________

Le prieuré Notre-Dame de Ganagobie est une abbaye bénédictine situé à environ 15 kilomètres au nord-est de Forcalquier ( Alpes-de-Haute-Provence ) . Elle est connue pour son remarquable pavement de mosaïques médiévales polychromes, daté de la décennie 1120-1130, unique en France. Un premier monastère fut fondé au Xéme siècle par l'évêque de Sisteron qui en fit donation en 965 à l'abbaye de Cluny.

Située à 350 mètres au-dessus du lit de la Durance, sur un étroit plateau bordé de falaises, ce balcon constitue un extraordinaire belvédère sur la vallée de la Durance et les sommets ouest des Alpes de Haute Provence . La VIA DOMITIA qui longe ce plateau constituait, au Moyen Âge encore, la route « la plus courte et la plus sûre » selon Strabon entre l'Espagne et Rome.C'est une étape sur la chemin de Rome à Saint Jacques de Compostelle, appellé aussi " Chemin d'Arles .

À la Révolution française, il restait trois moines qui se dispersèrent. Laissé à l'abandon entre le XVIIIéme et le XXéme siècle, le monastère abrite depuis 1987 la communauté bénédictine de Hautecombe ( au bord du Lac d'Annecy ). Perturbés par la pression touristique, les Bénédictins sont venus rechercher à Ganagobie une plus grande quiétude, propre à leurs méditations .Les moines fabriquent toute une gamme de cosmétiques et baumes à base d'huiles essentielles, dont le « baume du pèlerin ». L'abbaye fait partie de la congrégation de Solesmes, au sein de l'ordre Bénédictin .

textes inspirés de wikipedia (c) et autres sources personnelles .

pour afficher plein écran cliquez sur les photos - Fond photographique BJ(c)-01-2017pour afficher plein écran cliquez sur les photos - Fond photographique BJ(c)-01-2017

pour afficher plein écran cliquez sur les photos - Fond photographique BJ(c)-01-2017

pour afficher plein écran cliquez sur les photos - Fond photographique BJ(c)-01-2017pour afficher plein écran cliquez sur les photos - Fond photographique BJ(c)-01-2017
pour afficher plein écran cliquez sur les photos - Fond photographique BJ(c)-01-2017pour afficher plein écran cliquez sur les photos - Fond photographique BJ(c)-01-2017pour afficher plein écran cliquez sur les photos - Fond photographique BJ(c)-01-2017
pour afficher plein écran cliquez sur les photos - Fond photographique BJ(c)-01-2017pour afficher plein écran cliquez sur les photos - Fond photographique BJ(c)-01-2017

pour afficher plein écran cliquez sur les photos - Fond photographique BJ(c)-01-2017

LES MOSAIQUES 

___________________________

En 1898 , les mosaïques médiévales sont découvertes .

________________________

En 1953, l'ouverture d'une route goudronnée, permet d'engager de gros travaux. Les mosaïques restant enfouies, ( la terre étant leur meilleure protection ), les Monuments historiques décident de reconstruire l’église afin de les mettre en valeur. Les pierres étant restées sur place, le chevet et les absides de l'église sont relevés entre 1960 et 1975, et les mosaïques romanes du chœur, restaurées en atelier, sont replacées en 1986. Parallèlement, des fouilles sont menées de 1974 à 1992.

La rénovation du prieuré de Ganagobie doit également beaucoup à l'industriel Francis Bouygues et à sa relation avec le père Dom Hugues de Minguet au moment où la communauté bénédictine s'est installée dans le prieuré de Ganagobie. C'est dans ce cadre rénové que le père dom Hugues de Minguet décide de créer en 1991 le Centre Entreprises de Ganagobie .

textes inspirés de wikipedia (c) et autres sources personnelles .

LES MOSAIQUES

______________________

L'église possède des mosaïques, de tradition carolingienne, mais plus certainement d'inspiration orientale, représentant des lions et des griffons. Elles ont été commandées par le prieur Bertrand, en fonction à Ganagobie dans le troisième quart du XIIéme siècle. L'inscription autour de l'abside nous donne même le nom du chef de l'équipe ayant réalisé ce pavement, d'une qualité exceptionnelle ; celles ci semblent avoir quelques ressemblances avec les mosaïques découvertes, dans l'ancien prieuré de Saint-André-de-Rosans, Hautes-Alpes.

Chef-d'œuvre de l'art roman, les mosaïques de Ganagobie occupent la majeure partie de son sol.

Elles ont été exécutées vers 1124 et couvrent une surface de 72 mètres carrés. Leurs dimensions et leurs qualités artistiques en font une œuvre unique en France. Certaines réminiscences de motifs byzantins rappellent la place de la Provence dans l’Antiquité. L'ensemble évoque les tapis d'Orient bien connus dans l'Europe du XIIIéme siècle.

Trois couleurs : rouge (grès), blanc (marbre), noir (calcaire) et une grande variété de formes font vivre, autour de l’autel, une faune et une flore fabuleuses : créature intermédiaire entre le bœuf et l’éléphant, centaure, griffon, etc. Dans les absidioles occidentales, les mosaïques, en partie disparues, représentent des monstres réalistes et un chevalier ; dans une absidiole sud, un cadre contient un taureau à tête humaine, deux médaillons enferment une harpie et un cerf. Le même décor végétal complète ces mosaïques. D’autres animaux fantastiques ornent le deuxième transept, dont certains marqués, comme sur les textiles sassanides, d’une croix pattée noire. Le bras sud contient un Saint Georges tuant le dragon. Sur le sol, une lutte de monstres et de cavaliers.

________________________

Fin 1975, les mosaïques sont pratiquement illisibles,

recouvertes d'une couche de terre, de poussière et de sels, qui, en fonction du taux d'humidité, se transforme en boue. Le tapis de mosaïque parsemé de nombreux manques est désolidarisé du support, il sonne « creux ». Sous le pavement, se trouvent plusieurs types d'assises, de nature et d'épaisseur irrégulières, sur une couche de remblais et des vestiges de constructions antérieures reposant sur le rocher. Le pavement présentait deux grands types d'altérations : une altération mécanique accidentelle due à l'effondrement de la voûte à la fin du XIXéme siècle; une altération de nature physico-chimique résultant de la nature des matériaux, de la structure de la mosaïque .

textes inspirés de wikipedia (c) et autres sources personnelles .

pour afficher plein écran cliquez sur les photos - Fond photographique BJ(c)-01-2017pour afficher plein écran cliquez sur les photos - Fond photographique BJ(c)-01-2017pour afficher plein écran cliquez sur les photos - Fond photographique BJ(c)-01-2017
pour afficher plein écran cliquez sur les photos - Fond photographique BJ(c)-01-2017pour afficher plein écran cliquez sur les photos - Fond photographique BJ(c)-01-2017
pour afficher plein écran cliquez sur les photos - Fond photographique BJ(c)-01-2017pour afficher plein écran cliquez sur les photos - Fond photographique BJ(c)-01-2017pour afficher plein écran cliquez sur les photos - Fond photographique BJ(c)-01-2017

pour afficher plein écran cliquez sur les photos - Fond photographique BJ(c)-01-2017

RESTAURATION des MOSAÏQUES

___________________________

Avant toute intervention, un état des lieux est dressé avec deux objectifs: déterminer l'origine des altérations et définir un protocole de restauration. Il est donc réalisé un relevé photogrammétrique et photographique, des sondages et des prélèvements d'échantillons. D'autre part, des analyses chimiques des tesselles prélevées in situ sont réalisées en collaboration avec le Centre régional des monuments historiques afin d'identifier leur origine. Elles montrent que la mosaïque a été réalisée avec des moyens limités, des matériaux régionaux d'accès facile ainsi que des riches marbres récupérés. Des recherches sur le terrain complètent ces analyses. Le tapis de tesselles, compte de nombreux manques. Afin de stopper ses altérations, il est procédé à un bouchage provisoire de ceux-ci à l'aide d'un mortier soluble et à un nettoyage de surface.

La dépose du pavement ne pouvant être réalisée qu'en plusieurs éléments, un ensemble de caissons indéformables, reliés par des clés d'assemblage, est collé sur la face supérieure des tesselles par plusieurs couches de résines compatibles et réversibles à la vapeur. Il est alors procédé à la désolidarisation du pavement de mosaïque du sol par l'insertion de lames d'acier très fines. Les panneaux de mosaïques rendus solidaires aux caissonnages sont retournés et transportés (700 kg) jusqu'à l'atelier de restauration. La mosaïque a été déposée en conservant les déformations de surface. Après le nettoyage et la consolidation du mortier de pose et de la face arrière du tapis de tesselles, un tissu en fibre de verre est fixé à l'aide de résine époxy.

Afin de permettre une repose sans modification du niveau initial, on substitue aux différentes couches de mortier d'origine, restées au sol, mais livrées aux archéologues pour une fouille en règle, un matériau composite collé sur la face arrière du tapis de tesselles, reprenant les points de niveaux relevés in situ. Puis un panneau en « nids-d'abeilles », servant de raidisseur et de barrière étanche aux éventuelles remontées d'humidité, est fixé à l'arrière du matériau composite. Cette technique permet aussi le déplacement temporaire des mosaïques lors d’expositions, de travaux . . .Après retournement de l'ensemble, le caissonnage provisoire collé sur le dessus des mosaïques est séparé de celles-ci à la vapeur et un nettoyage à l'aide d'un solvant spécifique permet de supprimer les traces de résine subsistant dans les joints. Le tapis des tesselles ainsi dégagées est prêt pour la restauration.

Les manques sont alors débarrassés du mortier provisoire à l'aide de fraises diamantées, puis une extraction de sels solubles par compresses est réalisée, suivie d'une consolidation de la structure du matériau. La Commission supérieure des monuments historiques a décidé du remplacement des manquants par des tesselles identiques à celles d'origine, excepté pour les éléments non identifiés qui feront l'objet d'une restitution différente. Les éléments remplacés sont usés par micro-sablage, puis rejointoyés à l'aide d'un mortier de chaux, sable et poudre de briques, identique en aspect à celui conservé.

La repose des mosaïques a permis au prieuré de retrouver toute son intégrité et d'être rendu au culte. Cette restauration a demandé à l'équipe de la société SOCRA plus d'un an de travail réparti sur six années

textes inspirés de wikipedia (c) et autres sources personnelles .

RETOUR

SOMMAIRE BLOG

 

 

 

ACCES  AU SOMMAIRE

VILLAGE et PATRIMOINE

 

GANAGOBIE le prieuré - BIJOU ROMAN - et le patrimoine de son plateau

Commentaires

virjaja 10/02/2017 11:33

je ne connaissais pas du tout, c'est une merveille! merci. bonne journée. cathy

dranreb 13/03/2017 13:11

Merci beaucoup Cathy , au plaisir de vous compter parmi nos visiteuses fidèles - et si vous passez dans notre région , n'omettez pas de visiter ce lieu magique - bonne journée
amicalement
Ber