Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
dranreb0434.overblog.com photos de montagne-randonnée-patrimoine-Compostelle

PHALSBOURG , Ville Lorraine, forteresse rénovée par Vauban

Ber Dranreb
Pour AGRANDIR les PHOTOS, CLIQUER DESSUS  -  goelandmedia.prod@gmail.com ( C )

Pour AGRANDIR les PHOTOS, CLIQUER DESSUS - goelandmedia.prod@gmail.com ( C )

_____________________________

PHALSBOURG , Ville Lorraine,

Création du Comte palatin

Georges Jean de Veldenz

forteresse rénovée par Vauban

______________________________

Liens vers des sites à proximité 

Sortie dossier par le sommaire Gd EST

 

blason de PHALSBOURG ( Moselle ) - LORRAINE - Gd Est
blason de PHALSBOURG ( Moselle )

 

Pour AGRANDIR les PHOTOS, CLIQUER DESSUS  -  goelandmedia.prod@gmail.com ( C )Pour AGRANDIR les PHOTOS, CLIQUER DESSUS  -  goelandmedia.prod@gmail.com ( C )

Pour AGRANDIR les PHOTOS, CLIQUER DESSUS - goelandmedia.prod@gmail.com ( C )

_____________________________

PHALSBOURG ( Moselle ) Lorraine

_____________________________

 

XVI éme siècle - fondation 1568-1590

_________________________
                                                                                

Un personnage remarquable est à l'origine de Phalsbourg. Il s'agit de George Jean de Veldenz , comte palatin du Rhin, duc de Bavière, comte de Veldenz et de La Petite-Pierre, surnommé affectueusement Jerrihans par ses sujets. 
 
Il naît le 8 avril 1543. Orphelin de son père en 1544, son tuteur est son cousin le duc Wolfgang de Deux-Ponts qui l'envoie parfaire ses études à l'université de Heidelberg dont il devient, à l'âge de 15 ans, Rector Magnificentissimus, primus ex augusta famili ae palatinae . Il exerce cette fonction une année durant, puis voyage à la cour de Catherine de Médicis, visite l'Allemagne du Nord, la Pologne, le Danemark pour aboutir à la cour du roi de Suède, Gustave Wasa Ier, où sa rencontre avec la princesse Anna Maria, fille du roi, se conclut par un mariage à Stockholm en 1562 . Anna Maria lui apporte une dot d'un montant de 300.000 florins qui en fait l'un des princes les plus riches du Saint Empire Romain Germanique . En 1566, il hérite du comté de La Petite-Pierre auquel est attaché le bailliage d'Einhartshausen . Sans plus tarder, il décide, aidé en cela par la dot d'Anna Maria, la création d'une ville au débouché du col de Saverne, sur les marches de l'Alsace et de la Lorraine . Pourquoi cette démarche ? Trois raisons poussent le comte à fonder cette ville, qu'il nomme Pfaltzburg , littéralement "Ville du Palatin" : 

Le comte veut faire de sa ville  " ein Schlüssel zwischen Frankreich und dem Elsaß ", " une clé entre la France et l'Alsace ". Il se rend bien compte des ambitions du roi de France qui cherche à repousser les frontières de son royaume vers le Rhin . Il faut donc protéger l'Alsace, terre d'Empire, des ambitions du roi de France . Le comte palatin possède déjà le château d'Einartzhausen dans son comté de la Petite-Pierre, enclavé en Lorraine . Il fait tracer à proximité de ce château le plan d’une ville nouvelle, en damier, symbole alors d’ordre et de modernité, et accorde des franchises aux nouveaux habitants qui viennent peupler la ville . La création de Phalsbourg est reconnue le 27 septembre 1570 par l’empereur Maximilien II du Saint-Empire

Pour AGRANDIR les PHOTOS, CLIQUER DESSUS  -  goelandmedia.prod@gmail.com ( C )Pour AGRANDIR les PHOTOS, CLIQUER DESSUS  -  goelandmedia.prod@gmail.com ( C )

Pour AGRANDIR les PHOTOS, CLIQUER DESSUS - goelandmedia.prod@gmail.com ( C )

Le château d'Einhartshausen

Le château, berceau de Phalsbourg, est le siège du Comte Palatin George Jean, fondateur de la ville à partir de 1568. La restauration extérieure (escalier et tour) date de George Jean. De cette époque subsiste également le rez-de-chaussée (actuelle cave) où est gravé le millésime 1568. La clef de voûte armoriée en pierre, enlevée vers 1890, montrait l'écusson de George-Jean. Le château s'étendait alors jusqu'à la place d'Armes. Vauban inscrit le bâtiment dans son plan et le circonscrit dans l'un des bastions. L'accès au bâtiment se fait aujourd'hui par le premier étage.                                                                                      1568 - 1661


Après la vente de Pfaltzburg au duc Charles III de Lorraine, Phalsbourg se retrouve comme seule enclave protestante du très catholique duché de Lorraine. Les réformés phalsbourgeois se méfient de leur nouveau maître, malgré ses promesses de les maintenir "dans la religion qu'ils ont professée jusqu'ici ". Si Charles III tient ses promesses, il n'en va pas de même avec son successeur Henri II qui ne tolère pas que des sujets de son duché se maintiennent dans la religion prétendument réformée. Un choix dramatique se pose alors pour les Phalsbourgeois : l'exode ou la conversion. Beaucoup choisiront l'exode. Et les forces vives de Phalsbourg d'émigrer vers Bischwiller, terre d'asile qui appartient au duc de Deux-Ponts.

Henriette de Lorraine,

princesse de Phalsbourg et de Lixheim

Une personnalité remarquable accompagne Phalsbourg au long de sa période lorraine. Il s'agit de Henriette de Vaudémont, fille de François de Vaudémont, frère du duc de Lorraine Henri II. Deux femmes sont ainsi étroitement liées au destin de Phalsbourg. Il s'agit tout d'abord de la princesse Anna Maria Wasa, épouse de George Jean, dont la dot permet la fondation de Phalsbourg,  puis de la princesse Henriette.

Pour AGRANDIR les PHOTOS, CLIQUER DESSUS  -  goelandmedia.prod@gmail.com ( C )Pour AGRANDIR les PHOTOS, CLIQUER DESSUS  -  goelandmedia.prod@gmail.com ( C )

Pour AGRANDIR les PHOTOS, CLIQUER DESSUS - goelandmedia.prod@gmail.com ( C )

_____________________________

XVII éme siècle

- Phalsbourg passe au royaume de France -

_____________________________

Le 28 février 1661, neuf jours avant sa mort, Mazarin règle le problème lorrain en signant le traité de Vincennes. Charles IV, qui avait récupéré le duché de Lorraine au traité des Pyrénées en 1559, recouvre le duché de Bar, mais doit céder au roi de France le chemin d'Allemagne corridor permettant au roi de France et à ses armées de gagner ses territoires en Alsace sans poser le pied en terre étrangère, fut-elle lorraine. Phalsbourg passe à la France, ainsi que Danne, Henridorf, Lutzelbourg, Vilsberg, Hultehouse et Haselbourg.

Les terres de L’est nouvellement Française sont couvertes de forteresses par Vauban
La Révolution et l'Empire

La Révolution et l'Empire font de Phalsbourg "La Pépinière des Braves" dont le plus illustre représentant est Georges Mouton, fils de boulanger.
 La fin de l'Empire est une période troublée pour la "Pépinière des Braves". La ville subit deux sièges : en 1814 et 1815.

1871 – 1918
Après l’annexion, les forces de l’empire Prussien démantèlent les remparts
sauf deux portes 
La Porte de France


Seul vestige des remparts Vauban avec la porte d'Allemagne, elle permettait d'entrer ou de sortir de la forteresse côté Ouest, vers la Lorraine. L'architecture est toute militaire et le décor de bas-reliefs évoque les victoires de louis XIV. Au fronton, l'écusson du roi est surmonté d'une couronne et entouré des trophées pris à l'ennemi. On distingue aussi de chaque côté du linteau les poulies qui servaient le pont-levis.
C'est de la Porte de France que démarre Le Tour de la France d'André et Julien "par un épais brouillard du mois de septembre"

et La Porte d'Allemagne

Elle permettait l'accès à la forteresse côté Est. D'aspect massif, on distingue au fronton deux anges supportant l'écu du roi Louis XIV orné d'une fleur de lis. A droite et à gauche, des trophées sculptés dans le grès des Vosges rappellent les nombreuses victoires du Roi Soleil. On remarque sur la droite une plaque en marbre blanc ou l'on lit, traduit de l'allemand, "En souvenir du passage de Goethe à phalsbourg le 23 juin 1770"
On remarque une partie de fossé sur la gauche, en partie comblé, qui était large de 33 m et profond de 10 à l'époque.

Pour AGRANDIR les PHOTOS, CLIQUER DESSUS  -  goelandmedia.prod@gmail.com ( C )Pour AGRANDIR les PHOTOS, CLIQUER DESSUS  -  goelandmedia.prod@gmail.com ( C )

Pour AGRANDIR les PHOTOS, CLIQUER DESSUS - goelandmedia.prod@gmail.com ( C )

_____________________________

1919, année remarquable pour Phalsbourg

_____________________________


 
Deux évènements majeurs marquent le retour de Phalsbourg à la France :
Le 22 août 1919, le président de la République Raymond Poincaré vient décerner à Phalsbourg la croix de chevalier de la Légion d'honneur pour son comportement héroïque lors du siège de 1870. Phalsbourg fait ainsi partie, avec Strasbourg et Bitche, du petit nombre de villes françaises ( 70 ) ayant reçu cette distinction suprême.
Le 12 octobre 1919 est inauguré le monuments aux morts de Phalsbourg appelé, Monument des Trois Sièges. David Weill, fils d'Alexandre Weill, remet à cette occasion les dons collectés en Amérique à l'initiative de son père et de la communauté juive de Habsbourg expatriée en Amérique. ces dons contribueront , entre autres à la création du Musée de Phalsbourg, inauguré en 1938.

1939 – 1945

Sombre période qui voit la Place d'Armes se transformer en Adolf Hitler Platz, où la propagande nazie efface toute trace de la statue du comte Lobau sur les cartes postales de la Place d'Armes, où les inscriptions du monument aux morts sont effacées à la peinture noire. En ces temps de malheurs, retenons quelques faits positifs : la statue du comte Lobau est restée sur la Place d'Armes tout au long de la guerre, la synagogue et le cimetière juif ont été préservés dans leur intégralité. 
 
La guerre s'achève par la libération de Phalsbourg par la 2e Division Blindée de Leclerc, le 22 novembre 1944. En témoigne le char Bourg-la-Reine à l'entrée ouest de la ville et mis en place à la demande de Leclerc comme témoin de cette libération 
 

Pour AGRANDIR les PHOTOS, CLIQUER DESSUS  -  goelandmedia.prod@gmail.com ( C )

Pour AGRANDIR les PHOTOS, CLIQUER DESSUS - goelandmedia.prod@gmail.com ( C )

______________________________

autres Bâtiments remarquables

_______________________________

La caserne Lobau

Plus grand monument qu'il nous reste de l'époque Vauban avec 175 m de long en façade. La caserne Lobau, en bel appareillage de grès rose et couverte d'une belle toiture d'où émergent cheminées et lucarnes en chien-assis, a abrité pendant près de 250 ans de nombreux régiments de cavalerie puis d'infanterie français ou allemands selon l'époque. En témoignent les nombreux anneaux en façade qui permettaient d'attacher les chevaux.

L'Hôtel de ville - Corps de garde

La mairie actuelle, qui abrite également le Musée Historique au premier étage est en fait l'ancien Corps de garde de la forteresse. Sa position centrale lui permettait de jouer un rôle prépondérant pour diriger les opérations militaires. On remarque, à l'intérieur, l'entrée voûtée soutenue par trois arcs au fond de laquelle trône la statue en marbre de Jaley représentant le comte de Lobau ainsi que l'escalier en chêne à balustre datant de 1680 qui permet d'accéder à l'étage.

La Place d'Armes

Elle est un des témoignages les plus visibles de l'architecture Vauban. Elle devait pouvoir contenir 4000 hommes. L'ensemble des façades et toitures des maisons de la place est inscrit à l'inventaire supplémentaire des Monuments Historiques.
Au centre de la place, on ne peut éviter la statue en bronze du maréchal Mouton. Installée le 11 juin 1859 grâce à la cassette personnelle de l'Empereur Napoléon III. Sur le socle, deux plaques de marbre tracent sa vie et et ses campagnes  et deux bas-reliefs en bronze représentent la prise de Burgos et la traversée du pont de Landshut.

 L'église catholique       

Détruite lors du siège de 1870, la première pierre de l'édifice actuel est posée le 1er mars 1874. De style néo-gothique, elle remplace l'édifice antérieur érigé par le Génie Militaire de Louis XV  consacré en 1743.
Son intérieur se distingue par sa chaire et son mobilier cultuel réalisé par l'artiste Théophine Clem et primée à l'Exposition Universelle de 1878 à pris. L'orgue, construit en 1896 par le facteur alsacien Martin Rickenbach est classé aux Monuments Historiques.

La synagogue


 
Entre 1680 et 1691, Louvois, ministre de la Guerre de Louis XIV autorise deux familles juives à s'installer à Phalsbourg. En 1702 elles sont quatre, huit en 1747 et douze en 1770. La première synagogue date de 1772. vers 1848, la communauté juive de Phalsbourg compte 200 âmes sur une population de 1800 personnes.
La synagogue actuelle date de 1857. On remarque en façade sur la pierre frontale l'inscription hébraïque "Pénétrons avec respect dans la maison du Seigneur"
 

Pour AGRANDIR les PHOTOS, CLIQUER DESSUS  -  goelandmedia.prod@gmail.com ( C )Pour AGRANDIR les PHOTOS, CLIQUER DESSUS  -  goelandmedia.prod@gmail.com ( C )Pour AGRANDIR les PHOTOS, CLIQUER DESSUS  -  goelandmedia.prod@gmail.com ( C )

Pour AGRANDIR les PHOTOS, CLIQUER DESSUS - goelandmedia.prod@gmail.com ( C )

_____________________________

GENS de PLUME, chants de Lorraine

_____________________________

Ville natale d'Emile ERCKMANN et lieu de rencontre avec Alexandre CHATRIAN en 1847. Romanciers populaires dont les romans racontant l'histoire de notre région sont lus par des millions de personnes à travers toute l'Europe du 19ème siècle. On citera entre autres : l'Ami Fritz, Histoire d'un Conscrit de 1813, Le blocus, Madame Thérèse, ...Erckmann-Chatrian 

Emile Erckmann est né le 20 mai 1822 à Phalsbourg, entre l'Alsace et la Lorraine. Non loin de là, à Soldatenthal (aujourd'hui Grand-Soldat , commune d'Abreschviller), dans les Vosges, Alexandre Chatrian voit le jour le 28 décembre 1826. Leur rencontre et leur amitié datent de 1847 et c'est le début d'une extraordinaire aventure littéraire . Erckmann tient la plume, Chatrian corrige et se démène comme un beau diable pour faire publier leurs oeuvres. Le coup de génie arrive en 1859 ! Hugues-le-Loup dort depuis plus d'un an dans "La cage aux ours", autrement dit : l'armoire aux manuscrits du journal Le Constitutionnel. Le metteur en pages de ce journal est Nathan Sichel, phalsbourgeois comme Erckmann et grand amateur de kirsch. Chatrian lui fait parvenir quelques bouteilles de ce breuvage et Hugues-le-Loup passe en feuilleton dans Le Constitutionnel.

C'est le succès. Chatrian envoie à Erckmann son premier billet de 100 francs !

Nos deux complices n'oublieront pas leur ami Nathan Sichel : dans l'Ami Fritz, le vieux Rebbe qui finira par marier Fritz Kobus et la jeune Suzel se nomme ... David Sichel ! Leurs héros, humbles gens d'Alsace et de Lorraine, se nomment Madame Thérèse (Madame Thérèse ou Les volontaires de 92), Joseph Bertha (Le conscrit de 1813, Waterloo), Michel Bastien (L'Histoire d'un paysan) ... Ils nous racontent à leur manière, l'histoire de la Révolution et de l'Empire . Emile Erckmann n'aime pas séjourner à Paris : "Quand on a eu le bonheur de naître dans les Vosges, entre le Haut-Barr, le Nideck et le Geierstein, on ne devrait jamais songer aux voyages".
Chatrian, par contre, apprécie la vie parisienne . Après la défaite de 1870, leurs romans vont se faire l'écho de la détresse de ces Alsaciens et Lorrains désormais rattachés au Reich allemand.

______________________________

Phalsbourg évoque immanquablement un ouvrage célèbre lu dans toutes les écoles de la 3ème République entre 1878 et 1918, lorsque l'Alsace et la Moselle sont annexées au Reich allemand.
Le Tour de la France par Deux Enfants de G. Bruno, ouvrage vendu à près de 8 500 000 d'exemplaires a sans doute autant fait connaître aux français le nom de Phalsbourg et rappelé le souvenir des deux provinces perdues que les contes et romans populaires d'Erckmann-Chatrian.
Ce roman met en scène deux enfants, André et Julien, âgés de 14 et 7 ans qui, pour ne pas devenir allemands, quittent clandestinement Phalsbourg "par un épais brouillard du mois de septembre". Leur périple les conduit à travers une France peuplée de braves gens laborieux et leur fait découvrir géographie, faune et flore d'un pays qui rassemble toutes les vertues . On découvre plus tard que sous le pseudonyme de G. Bruno se cache une femme : Augustine Tuillerie, épouse Fouillée .

Sortie du dossier par le

SOMMAIRE du BLOG 

SOMMAIRE

VILLAGE et PATRIMOINE

 

SOMMAIRE ITINERANCE  COMPOSTELLE 2016

SOMMAIRE ITINERANCE COMPOSTELLE 2017

mise en page 02-2019  : goelandmedia.prod@gmail.com   (c)

ABONNEZ VOUS A NOS PUBLICATIONS dranreb0434

ou à celles de NOTRE AUTRE BLOG ber.dranreb04

___________________________

SUIVEZ NOUS sur d'autres media

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commentaires